Sextos

Il fallait attendre, encore. Des écrans restaient allumés. Un supplice, après tous ces messages échangés, les mots traçant déjà nos caresses à venir. Il bandait, sûrement. Je mouillais, abondamment. Le dernier collègue quitta le bureau. Mon portable vibra :« viens ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s