Les lieux du désir

#1

Envie de draps d’hôtel, leur rugosité amidonnée, leur fraîcheur, leur poids, leur odeur contre ma peau.

Envie de tes bras quand je m’y glisse après l’amour, parce que, dans l’urgence et l’ardeur, nous n’avons pas pris le temps de les défaire. Il y avait tant à faire.

#2

Envie d’ombres nocturnes, dans l’embrasure d’une porte cochère. L’air froid de la nuit, la chaleur de nos souffles, le tissu à peine relevé, juste pour y glisser un doigt, une bouche.

Envie de ton sourire quand je m’éloigne, un brin chancelante, tentant de reprendre haleine.

#3

Envie d’intérieur étroit, banquette arrière encore encombrée des dossiers du jour. La porte qui se referme sur l’habitacle, les gestes hésitants comme des ados, plus précis car nous savons, en fait.

Envie de ton rire quand, après, tu ressors fumer en posant tes lèvres dans mon cou.

#4

Envie des portes qui se referment, secondes suspendues. Quelques centimètres d’espace à combler, corps aimantés, étreinte urgente, langues emmêlées.

Envie de ton « à bientôt » un peu rauque quand l’ascenseur s’ouvre au rez-de-chaussée.

#5

Envie de ton regard qui se brouille quand je pénètre dans ce bureau. Le silence des heures vides, que nous saurons bien remplir. Tes mains sur moi, en moi, la soudaineté du mouvement qui fait son délice.

Envie de ton poids dans mon dos quand enfin tu t’immobilises, essoufflé.

#6

Envie des gouttes brûlantes qui délassent et électrisent. Frissons, vapeur d’eau, lèvres humides, je m’agenouille, tu t’agrippes au robinet.

Envie de tes doigts qui écartent une mèche de mes cheveux, quand nous nous enveloppons dans la même serviette tiède, au sortir de cette douche.

#7

Envie de ta chaleur près de moi. Tes mains qui caressent, et exigent, parfois. L’odeur musquée du canapé de cuir, celle plus âcre du feu qui crépite. Le tapis dur et doux à la fois.

Envie de ton soupir profond lorsque nos corps se déposent enfin à terre, épuisés.

#8

Envie du cliquetis de ta clef dans la serrure. Nos langues attirées avant de prononcer un mot. Peaux moites, griffées, agrippées. Mon dos plaqué au mur, debout, offerte. Tes gestes impérieux, pénétrants.

Envie de mes cuisses humides quand tu t’écartes pour, enfin, me regarder.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s